Cattenom: Eng signifikativ Ännerung vun de Betribskonditiounen

Catégories : 
Question parlementaire
Thèmes : 
Energies, Santé
Auteurs : 
Kox Henri, Lorsché Josée

Publié le

Eng parlamentaresch Ufro vun eisen Deputéierte Josée Lorsché an Henri Kox bezüglech enger signifikativer Ännerung vun de Betribskonditiounen fir Cattenom a 16 weider franséisch Reakteren.

Amplaz datt verschidde Komponente méiglechst séier ausgetosch ginn - an domadder net d'Käschte mee d'Sécherheet géif un éischter Stell stoen - huet d'Atomopsiicht elo einfach op Ufro vun EDF eng "Limite" gehéicht an domadder de Weiderberieb mat wesentlech méi staark verstoppte Réier bei den Damp-Generatoren erlaabt. Dofir hunn d'Josée Lorsché an den Henri Kox der Regierung haut folgend Fro gestallt: 

L’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) a publié ce lundi, 6 février 2017, une décision datée au 3 février 2017, par laquelle elle autorise une modification notable des modalités d’exploitation de plus d’un tiers des réacteurs nucléaires français, dont notamment les quatre réacteurs de la centrale de Cattenom. Face à un bouchage croissant des tubes des générateurs de vapeurs, c’est-à-dire d’une composante essentielle et difficilement remplaçable des réacteurs, l’ASN a autorisé une augmentation importante du taux « acceptable » de bouchage des tubes!

Le document nous révèle que la société EDF avait déjà demandé en juin 2016 une autorisation de modification à l’intitulé plutôt cryptique « BTGV 18 % Gemmes VD3 » à l’ASN. Derrière cet intitulé se cache une augmentation significative du taux maximal acceptable de Bouchage des Tubes des Générateurs de Vapeur (BTGV) à 18 % pour les réacteurs ayant passé la 3ème visite décennale (VD3), c’est-à-dire ayant au moins 30 ans. Or, selon nos informations, le taux de bouchage acceptable « normal » ne serait que de 5 %.

Dans ce contexte, nous aimerions avoir les renseignements suivants de la part de Madame la Ministre de l’Environnement et de Madame la Ministre de la Santé :

1)    Est-ce que Mesdames les Ministres peuvent confirmer ces informations ?

2)    Est-ce que les autorités luxembourgeoises ont-été immédiatement informées de cette demande d’autorisation du 29/06/2016 et consultées avant la prise de décision finale de l’ASN ?

3)    Dans la négative :

-       Est-ce que les autorités françaises ne devraient pas obligatoirement informer le Luxembourg d’une telle demande de « modification notable » ?

-       Est-ce que le Gouvernement entend intervenir auprès des autorités françaises pour dénoncer cette non-consultation et pour demander le dossier complet de l’autorisation ?

4)    Pour quelle raison la société EDF a-t-elle demandé cette modification ? Est-ce qu’il ne faudrait pas remplacer les composantes plutôt que de changer la limite de bouchage acceptable des tubes?

5)    Est-ce qu’il s’agit éventuellement d’une autorisation « temporaire » en attendant le remplacement des composantes, respectivement des générateurs de vapeurs ?

6)    Quelles sont les conséquences pratiques de cette augmentation significative du taux de bouchage, c’est-à-dire de l’abaissement du débit possible des tubes – des générateurs de vapeur ?

7)    Quel est l’impact sur les marges de sécurité en cas de fonctionnement normal et en cas de situation imprévue/exceptionnelle ?

8)     Est-ce que cette autorisation d’un taux de bouchage plus élevé concerne les quatre réacteurs de la centrale de Cattenom ou uniquement le réacteur n°1, le seul ayant passé une 3ème visite décennale ?

9)     Quelle est la position du Gouvernement par rapport à cette modification notable des modalités d’exploitation de la Centrale nucléaire de Cattenom ?

Question Parlementaire

gréng Blogs

Test Agenda

Test Agenda